Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CFTC Santé sociaux 44 Nantes et Loire-Atlantique

La situation actuelle des services d'accueil des urgences (SAU), des services mobiles des urgences et de réanimation (SMUR) et des services d'aide médicale urgence (SAMU) et de leurs Centres 15 est extrêmement difficile, comme en témoignent de nombreux mouvements de grève pour alerter face à l'insuffisance de moyens face à l'augmentation exponentielle des passages à urgences, et différents décès de patients dans la file d'attente survenus ces dernières semaines et ayant fait l'objet d'une médiatisation mettant parfois en cause les personnels.

A titre d'exemple, voici les chiffres du CHU de Nantes (source : CHU de Nantes, plaquettes annuelles "Activités et chiffres clés" et rapports d'activité), sachant qu'il existe également à Nantes un service d'accueil des urgences sur le site hospitalier privé du Confluent :

Année Passages aux urgences du CHU Appels au Centre 15
1998 81 026  
2004 85 774 392 633
2006 88 577  
2009 98 406 465 722
2010
101 070 (dont 29 336 pédiatriques) 439 312
2011 107 052 (dont 32 152 pédiatriques) 465 294
2012 105 835 (dont 31 001 pédiatriques) 462578
2013 106 777 (dont 31 554 pédiatriques) 451 220
2014 111 433 (dont 32 808 pédiatriques) 453 864
2015 116 496 (dont 35 137 pédiatriques) 478 810
2016 119 920 (dont 35 562 pédiatriques) 487 468
2016/2006 (10 ans)  + 35,38 % NC
2016/2013 (4 ans)  + 12,31 %  + 8,03 %
2017 Chiffre officiel non publié mais évolution supérieure à 2%  

 

Certes, la solution n'est pas seulement dans l'augmentation des moyens, il est absolument nécessaire d'agir en amont sur toute l'organisation des soins, spécialement l'accès aux soins non programmés. Ce constat est partagé depuis plusieurs années, mais sans que les efforts engagés ici ou là ne produisent des effets suffisants pour désengorger les urgences ni même empêcher la poursuite de la hausse de l'appel aux urgences, ce qui met en difficulté les professionnels et ne peut satisfaire les citoyens-usagers.

C'est dans ce contexte qu'il convient d'aborder les propositions du rapport présenté par le député Thomas Mesnier, lui-même ancien urgentiste.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :