Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par CFTC Santé sociaux 44 Nantes et Loire-Atlantique

Nous ne pouvons que saluer la victoire des personnels du Centre hospitalier du Rouvray à l'issue de ce long et éprouvant conflit, dans lequel la CFTC était présente au côté des personnels mobilisés collectivement.

Même s'ils n'ont pas obtenu les 52 postes demandés, dans le contexte actuel de contrainte financière nationale sur les établissements de santé, spécialement sur les établissements de psychiatrie et de santé mentale dont les recettes ne sont pas liées à l'activité et qui comme celui du Rouvray voient celle-ci augmenter sans aucune possibilité d'adaptation, il s'agit d'une victoire d'avoir obtenu 30 postes, doublée d'une victoire morale.

Il est regrettable que nous en soyons arrivés à un tel système de contrainte financière et de fatalisme face à l'inadéquation entre l'offre de soins en santé mentale et les besoins d'un territoire (la psychiatrie étant sectorisée géographiquement) que des agents du service public hospitalier, et spécialement des soignants, en soient venus à penser nécessaire de mettre en danger leur vie (au moins leur santé) pour obtenir de l'aide face à la situation désastreuse dans laquelle se trouvait leur établissement, avec ses personnels et aussi ses patients. Ce sont eux qui alertaient sur la qualité des soins dans cette situation.

Si certains problèmes de prise en charge soulevés par les personnels du Rouvray avaient manifestement pris un tour très aigu dans leur établissement, cela ne veut pas dire que ces problèmes sont absents de ceux de Loire-Atlantique ! Nous avons par exemple noté que ce que disent les personnels du Rouvray du problème de l'hospitalisation de jeunes mineurs dans des services adultes (fermé) du fait d'un offre insuffisante de lits en pédo-psychiatrie n'était guère éloigné de certaines situations que nous connaissons à Nantes et en Loire-Atlantique pour les mêmes raisons, et sur lesquelles nous alertons régulièrement l'ARS (Agence régionale de santé) des Pays de la Loire.

Ce conflit aura donc eu le mérite, mais à quel prix, d'attirer l'attention sur les difficultés rencontrées aujourd'hui dans les établissements de santé mentale et par leurs personnels soignants et sur la nécessité d'adapter l'offre de soins qu'ils proposent aux besoins de leur territoire avec les capacités et les moyens, notamment en personnels compétents, correspondant à ces besoins.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :